Annonce

Bienvenue sur le forum du bégaiement.

Malheureusement, le forum a fermé ses portes le 24/09/2014. Les nouvelles inscriptions et les nouveaux messages sont de ce fait impossibles.
Cependant, nous tenons à vous laisser un accès aux archives du forum qui regorgent d'informations et d'échanges passionnés. Les anciens membres du forum conservent quant à eux un accès étendu (sections privées).

A défaut d'existence d'une réelle alternative à ce forum, nous vous invitons à fureter sur ces pages web qui restent elles bien actives :

Nous vous souhaitons un bon parcours au travers des méandres de votre bégaiement et du bégaiement sur internet, et espérons que vous saurez éviter les pièges séduisants, prometteurs mais illusoires (votre bégaiement ne disparaîtra pas en 3 jours...).

La JMB à Nice, le 22 octobre 2007

Vous souhaitez en savoir plus l'APB, connaître la vie dans l'association, discuter entre membres de l'APB, rendez-vous sur ce forum.

Modérateurs: debolabeille, Cédric, Alexandre, R0main

Messagepar Cédric » 23 Octobre 2007 à 11:08

A l'entrée de la salle dans le Campanile de la Promenade des Anglais, trônaient 2 tables sur lesquelles toutes les documentations et brochures de l'Association Parole Bégaiement, ainsi qu'un ouvrage, "Le 4e automne".

Son auteur, Yann-Eric de Fressinet accueillait le public et dédicaçait son roman à qui l'achetait. Quand je me présente à lui, il se souvient de notre administratrice. S'ensuit une mini conversation improvisée sur l'usage du mot "bègue" sur lequel nous confrontons nos opinions.

Patricia Bersot, orthophoniste déléguée de l'association pour les Alpes-Maritimes et co-organisatrice de cette rencontre acceuille aussi les participants.

Vers 18 h une petite assemblée d'une bonne vingtaine de personnes (peu de sièges vides), composée d'étudiants en orthophonie, de parents d'enfants qui bégayent et toutes personnes concernées à titre personnel par le bégaiement commençaient à écouter les explications de Patricia Bersot sur le trouble, ses généralités dans les grandes lignes.

Yann-Eric de Fressinet n'a pas tardé à prendre la parole pour faire part de son témoignage, assez captivant, de son parcours, qui a guidé l'écriture de son roman. Il se définit lui-même comme un "bègue heureux" et a développé une conception très intéressante des personnes qui bégayent, qui selon lui, représentent les gens qui font progresser leur parole.

Il s'est peu à peu fixé pour objectifs de vouloir mieux communiquer que les autres, de se sentir capable de sourire en parlant et a fait part de son plus gros désir : se faire aimer.

L'acceptation, dans un grand sens du terme, a constitué une sorte d'ossature dans son parcours : accepter de bégayer encore, davantage dans sa vie privée que devant une assemblée et accepter aussi que l'autre puisse rire des accidents de parole même s'il avoue encore ressentir une relative honte à ces moments là, honte qu'il s'emploie à dissimuler.

Ce grand orateur, fort agréable à entendre, qu'il est devenu, a ensuite donné la parole aux participants qui ont ainsi abordé divers sujets les concernant, donné leurs témoignages. Parmi eux, une personne "ne se sentant elle-même pas bègue", préférant parler de "bafouillage". Ce qu'elle a décrit se rapproche pourtant sur de nombreux points, du bégaiement.

La notion de handicap a aussi été abordée, avec un nouveau témoignage assez bouleversant de Yann-Eric de Fressinet, qui a rencontré des personnes handicapées physiques, également atteintes de bégaiement. Quand il leur a demandé quel handicap elles souhaiteraient voir disparaitre, elles ont toutes répondu "le bégaiement".

Un ancien professeur de yoga, bilingue anglais-français a exposé son parcours face au bégaiement, responsable de pertes financières, de frustrations professionnelles. Il a trouvé une méthode basée sur la respiration pour diminuer le trouble, imperceptible ce soir là. Sa conviction repose sur le fait que le bégaiement trahit avant tout un manque de confiance et a bien souligné toute l'importance du stress.

Un psychologue-sexologue a ensuite rapporté que son bégaiement se trouvait désormais derrière lui, déniant néanmoins toute approche simplement psychologique et refutant les stages promettant une "guérison en 3 jours" : et voilà que surgit l'incontournable, mais fort dispensable à mon gout, discours anti-Impoco fondé sur des arguments bien respectables mais toujours aussi tourne-en-rond (violence, agressivité, etc).

Patricia Bersot a invité les parents d'enfants à prendre la parole pour aborder la question de culpabilité, l'inutile recherche de cause (une sorte de moyen de se déculpabiliser selon Arlette, qui forme des orthophonistes) et le rôle dans l'accompagnement de l'enfant. Ils ont tous avoué ne pas forcément se rendre compte de la souffrance que peut engendrer le trouble, voire du trouble lui même tant leurs enfants restent très communicatifs.

Une maman a fait part de sa sempiternelle contrainte à expliquer aux enseignants de son enfant, à chaque rentrée, le "pourquoi du comment". Des enseignants voire directeurs d'école dénient souvent le trouble qui peut certes passer inaperçu lorsque les enfants ne parlent pas ou peu.

Yann-Eric de Fressinet a repris la parole pour évoquer les années 60 où durant sa scolarité un enseignant lui a signifié qu'il était atteint d'une "maladie honteuse". Concernant les parents, à la lecture de son roman, sa mère aussi lui avoué ne pas se rendre compte de ce qu'il avait pu endurer.

Patricia et Arlette ont ensuite rebondi sur l'évolution des objectifs de l'orthophonie qui ne visent pas ou plus la parole parfaite mais l'aisance dans la communication, la réduction du fameux iceberg. Elles déplorent le manque d'orthophonistes s'intéressant au bégaiement dans nombre de régions françaises, et notammant le Var ou les Alpes de Haute Provence, évocant des patients qui effectuent le trajet Digne-Nice pour venir en consultation. A ce titre on a rendu hommage aux étudiants en orthophonie présents ce soir.

Une question beaucoup plus inattendue a été posée concernant la méthode Tomatis. En guise de réponse, Arlette a livré son témoignage, ayant été confronté professionnellement à Tomatis dans son parcours professionnel en milieu hospitalier. Il en ressort que la science n'a pu juger du bien fondé de la méthode, pas plus que d'éventuels effets néfaste. Le ton ironique dénoncait assez bien un côté charlatan.

Enfin, parmi les derniers moyens thérapeutiques, la question du Delay Auditory Feedback a surgi pour en arriver à une efficacité aussi immédiate que temporaire de ce dispositif, davantage destiné à des situations particulières comme un oral d'examen. Certaines personnes bégayent même davantage avec cette oreillette.

La conférence active s'achève et me laisse une impression très riche par son contenu. Se quitter immédiatement à la fin d'un couloir d'hôtel aurait été mal connaître le "groupe azuréen" de ce soir formé par Damien, Elsa et Mathieu. Nous avons allègrement poursuivi le dialogue en éxtérieur, avec échange de coordonnées à la clé. On ne devrait pas en rester là.

Et Elsa ou Damien, rendez moi mon stylo !!! :mad: :lol: :lol:

Merci à vous tous et aux organisateurs pour cette soirée. :)
Cédric
Administrateur, personne qui bégaie
 
Messages: 4387
Inscrit le: 27 Décembre 2005 à 00:10

Publicité

Publicité
 

Messagepar Damm. » 23 Octobre 2007 à 12:29

Oui, c'est exactement comme ca que tout c'est passé.
Sauf que ce n'est pas moi qui t'ai piqué ton stylo...
Damm.
Personne qui bégaie
 
Messages: 2
Inscrit le: 23 Octobre 2007 à 10:44

Messagepar Daniel P. » 23 Octobre 2007 à 15:01

Merci Cédric pour cet excellent compte-rendu.

Juré, je n'ai pas ton stylo :lol:
Le mieux est l'ennemi du bien. (Mais il y toujours pire ...)
Ma présentation
Avatar de l’utilisateur
Daniel P.
Ancienne personne bègue
 
Messages: 1304
Inscrit le: 9 Mai 2006 à 22:24
Localisation: Trédarzec (22)

Messagepar begaiement » 23 Octobre 2007 à 19:08

bonsoir
maman de 2 petits garçons qui begayent j'etais moi aussi a la conference de nice
j'ai trouve ça tres bien et tres interressant.
dommage qu'il n'y est pas plus de personnes presentes en esperant que ça bougera avec le temps car il y a encore des gens pour ricaner qd mes enfants me disent au revoir le matin un en allongeant les syllabes et l'autre en criant car il bloque mais refuse que je l'aide et repete systematiquement jusqu'a ce que le mot sorte
bravo aux organisateurs de cette soiree!!!!!
et a notre supere orthophoniste qui en faisait partie mme BERSOT
begaiement
Parent d'enfant qui bégaie
 
Messages: 15
Inscrit le: 24 Mars 2007 à 21:56

Messagepar Alexandre » 23 Octobre 2007 à 22:11

Superbe compte-rendu Cédric. Ca fait très plaisir à lire :)

Cette année, je n'aurais pas pu participer à une réunion de la JMB. Grâce à toi, j'aurais pu combler ce manque en partie ;)

Pour en revenir au contenu de la réunion, je suis surpris par le témoignage de Yan-Eric qui parle de personnes handicapées et bègues qui préfèreraient d'abord en finir avec le bégaiement plutôt qu'avce leur handicap physique...
Rejoignez la PdB team pour faire avancer la recherche scientifique !
Alexandre
Administrateur, personne qui bégaie
 
Messages: 5904
Inscrit le: 15 Décembre 2005 à 20:08


Retourner vers L'Association Parole Bégaiement (APB) - Forum non officiel

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités